mardi 4 octobre 2022

DIGITALISATION entre les mains des jeunes doués, LE PARI DU XXIème SIÈCLE

La Tunisie a un système éducatif à haut rendement mondialement reconnu et un excellent emplacement pour les technologies de l’information et des communications. Le pays compte plus de 250 000 étudiants et 60 000 diplômés chaque année, dont 15 % spécialisés en télécommunications.

La crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 a mis à rude épreuve les économies, les entreprises et les personnes physiques partout dans le monde. En effet, le confinement a bien montré, aussi bien en Tunisie qu’ailleurs dans le monde, l’importance de la digitalisation pour une croissance durable et à long terme de notre société et de notre économie.

Cependant, les pays voisins ont essayé d’améliorer leur digitalisation par l’implémentation des idées non plus innovantes mais évidentes.

Les Ghanéens peuvent maintenant payer leurs impôts, taxes et autres obligations financières en ligne directement sur la plateforme Ghana.gov. A travers ce service, lancé le 8 juin, le gouvernement poursuit une politique de digitalisation des services publics en simplifiant la fiscalité.

Ce nouvel outil contribue, non seulement à l’accroissement des économies de coûts, mais aussi à la lutte contre la corruption en réduisant les interactions homme-machine dans la gestion des services publics.

Donc Ghana a bien compris, ainsi que beaucoup d’autres pays, le besoin important pour accélérer la digitalisation : faire gagner du temps aux employés, aux employeurs, aux institutions publiques et privées, etc., et investir le temps gagné en un revenu supplémentaire pour l’économie nationale.

Ce projet Ghanéen a été assuré et déployé par des jeunes étudiants d’une tranche d’âge variant entre 20 et 30 ans. Cet exemple et beaucoup d’autres ont prouvé qu’investir dans les jeunes d’aujourd’hui peut être le garant pour une digitalisation rapide et efficace. Orange Summer Challenge, à titre d’exemple, est une compétition tunisienne lancée par Orange Tunisie chaque année, les participants sont des étudiants des différentes écoles d’ingénieurs et universités de Tunisie. En 2020, la compétition avait comme sujet « La technologie en faveur de la digitalisation ».

Les étudiants ont développé des solutions technologiques innovantes basées sur l’intelligence artificielle et les systèmes embarqués afin de faciliter quelques services.

Lenus, est une solution intelligente pour digitaliser les services hôteliers et assurer une distanciation physique, elle a pour but de faciliter l’expérience au sein de l’hôtel et d’assurer un excellent séjour en toute sécurité. La solution a été déployée et testée à l’hôtel Four Seasons. Eaze, est une solution intelligente qui vise à digitaliser les courses du consommateur dans les supermarchés, cette solution permet d’améliorer et de simplifier l’achat, aussi bien en ligne que sur place, ce qui permet d’éviter l’encombrement.

Ce qui est motivant maintenant, c’est que beaucoup de sociétés et d’entreprises en Tunisie ont commencé à comprendre l’importance d’investir dans les jeunes douées par la technologie, qui ont la connaissance essentielle dans divers domaines pour assurer ce changement vers le digital, Christian Jannot, DG de SAGEM a noté que l’écosystème tunisien est très porteur, évoquant les relations avec les écoles d’ingénieurs. « Nous avons établi des partenariats avec ces écoles afin d’avoir des projets de fin d’études qui correspondent aux besoins de la société », a indiqué le responsable. Grâce aux mesures prises dans le domaine de l’IT pendant la crise du Covid-19, le Groupe SagemCom a maintenu un rythme de travail soutenu et a su rester efficace. « Depuis le 20 mars 2020, la société est passée de 0 à 600 personnes en télétravail, sans aucun impact négatif sur la qualité du travail », a-t-il dévoilé.

Au final, la digitalisation est semble-t-il, une bénédiction car elle est également dictée par les attentes des clients qui ont découvert la simplicité et l’apport de certains usages. Aujourd’hui, cette digitalisation est sans doute entre les mains des jeunes étudiants qui ont la connaissance essentielle pour assurer ce changement vers le digital, et qui ont bien évidemment prouvé plusieurs fois que l’on peut compter sur leur persévérance et leur esprit d’initiative.

Rédigé par :

Safwen NAIMI :

ÉLÈVE INGÉNIEUR EN DOUBLE CURSUS INSAT-EPT

Encadré par :

Mme Wided Souidene Mseddi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers Numéros