mardi 4 octobre 2022

Les données de santé: La nouvelle proie des cybercriminels !

Le marché de la santé numérique en quelques chiffres

D’ici 2026, le marché de l’e-health aux Etats-Unis pourrait atteindre 5700 milliards de dollars, soit deux fois le PIB de la France. Le secteur de la santé numérique est devenu au fil des avancements technologiques une entreprise triomphante et un marché attrayant pour les investisseurs aux quatre coins du monde. A titre d’exemple, ce secteur a généré en 2019, un chiffre d’affaires estimé à 2 milliards d’euros au Royaume Uni. Des chiffres en hausse permanente, avec le déploiement de la télémédecine, des plateformes et des applications anti-Covid, du Big Data, et l’augmentation exponentielle du nombre des startups opérant dans ce secteur fleurissant, dopés en particulier par la crise sanitaire du Covid-19. Selon une étude du cabinet Frost & Sullivan, le marché mondial de l’e-health devrait atteindre 234,5 milliards de dollars d’ici 2023, et 314,55 milliards de dollars d’ici 2027 selon les estimations d’Emergen Research, sachant que le marché des infrastructures d’analyse de données massives dans le domaine de la santé numérique va passer de 16 milliards de dollars en 2018, à 39 milliards en 2023.

La protection des données de santé au cœur de la crise sanitaire

La crise sanitaire est « une aubaine » pour les hackers, les pirates, ou plus généralement les cybercriminels. Un phénomène qui s’est explosé avec la digitalisation des structures sanitaires et la numérisation des données médicales. D’ailleurs, les violations des données personnelles ont doublé en 2021, et les vols de données de santé, vendues ensuite sur le Dark Web, ont augmenté de 80% !

Des pourcentages alarmants qui ne peuvent qu’inciter les Etats à opter pour des solutions technologiques plus fiables, à héberger leurs données dans des Clouds de confiance, et à injecter des sommes colossales pour renforcer la sécurité des données en matière de l’e-health.

Des données sensibles à la portée des cybercriminels

Les données d’un million 400 mille citoyens français ont été dérobées suite à l’attaque du service sécurisé de partage des fichiers des hôpitaux de l’Ile-de-France, utilisé pour transmettre à l’assurance maladies et aux agences régionales de la santé, les informations liées au contact-tracing, d’après un communiqué publié par l’AP-HP* le 12 septembre 2021. Cette fuite, sans précédent en France, n’était pas une première en tout cas. Déjà, une autre fuite de données induite par une faille dans la plateforme Francetest, a rendu accessible les résultats des tests Covid de 700 000 personnes français, réalisés dans les pharmacies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers Numéros